LOI EL KHOMRI : Pour la déconnexion au travail

juillet 05, 2016
femme-qui-sendort-sur-ses-bouquins

Je relaye la note de veille de FUTURIBLE publiée ce mois-ci par Cécile DELAUNAY, « LOI EL KHOMRI : LA DECONNEXION AU TRAVAIL, NOUVELLE NORME ».

Extrait : « Pourquoi le gouvernement estime-t-il nécessaire d’inscrire ce droit dans la loi, alors même que rien n’oblige légalement un salarié à être joignable en dehors de ses horaires de travail ? Parce que dans ce domaine, les dérives se multiplient, qu’elles soient subies ou choisies par les salariés. Selon différentes études, près de 8 cadres sur 10 affirment rester connectés en dehors de leurs horaires de bureau [2]. Ils sont presque aussi nombreux à considérer que cela augmente leur charge de travail, perturbe leur vie privée et leur qualité de vie. Pourtant, seule une minorité de ces travailleurs parvient à se réserver des temps de déconnexion car, dans la majorité des cas, l’organisation de leur travail ne le leur permet pas, ils craignent de ne pas tenir le rythme de leurs collègues, ils estiment que les technologies sont aussi un moyen de gagner du temps et d’être plus réactifs… Les phénomènes d’addiction au travail tendent donc à se multiplier et accroissent les risques de burn-out, qui n’est pour l’instant pas reconnu comme maladie professionnelle mais fait l’objet d’une attention particulière dans la loi El Khomri (loi Travail) et la loi Rebsamen (loi relative au dialogue social et à l’emploi, 2015). En attendant, les estimations sur la réalité du phénomène divergent : il concernerait entre 30 000 et trois millions de travailleurs… [3]

Lire l’article dans son intégralité…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*